Epilepsie sévère

Epilepsie sévère

Avant de parler d’épilepsie sévère, ce lien donne la définition de l’épilepsie: ILAE 2014.

Une épilepsie sévère est une épilepsie pharmaco-résistante et non stabilisée, dont les crises et les troubles associés réduisent significativement la possibilité pour la personne de mobiliser ses compétences (mentales, cognitives, psychiques, sensorielles, motrices).
Ces crises peuvent induire un risque vital pour lequel la personne ne peut prévenir les secours.

On considère qu’une personne est épileptique si elle présente n’importe laquelle des conditions suivantes:

  1. Au moins deux crises non provoquées (ou réflexes) ayant lieu à un intervalle de plus de 24 heures
  2. Une crise non provoquée (ou réflexe) et une probabilité de crises ultérieures semblable au risque de récurrence général (au moins 60%) après deux crises non provoquées ayant lieu durant les 10 années suivantes.
  3. Diagnostic d’un syndrome épileptique.

Selon la définition donnée par un consensus d’experts à la CNSA en 2011, une épilepsie sévère est

  • une épilepsie pharmaco-résistante et non stabilisée,
  • dont les crises et les troubles associés réduisent significativement la possibilité pour la personne de mobiliser ses compétences (mentales, cognitives, psychiques, sensorielles, motrices).

Ces crises peuvent induire un risque vital pour lequel la personne ne peut prévenir les secours.
Une épilepsie rare est une maladie rare. Certaines épilepsies rares peuvent créer un handicap sévère, d’autres sont bien contrôlées par les médicaments et ne créent pas ou peu de handicap.
Une épilepsie sévère associée à une ou plusieurs déficiences graves (mentale, cognitive, psychique, physique, cognitive) est considérée comme un handicap rare.