Ce qu’il convient de mettre en place

Les besoins varient selon l’épilepsie de la personne et selon ses déficiences permanentes.

EFAPPE et le CNDEE (comité national des directeurs d’établissements pour épileptiques) préconisent ceci :

classification des handicaps épileptiques

classification des handicaps épileptiques

Pour éviter les défauts d’accompagnement et les accompagnements inadéquats des personnes handicapées souffrant d’épilepsie, voici le plan de route de l’ARS Rhône-Alpes (SROMS Rhône-Alpes, action 12 page 87)

Des morceaux de réponses commencent à exister.
Un développement dans toutes les régions est nécessaire.

Au niveau individuel

  • Construire et promouvoir des outils permettant aux MDPH d’assurer évaluation et orientation.
  • Développer la contribution de personnes spécialisées aux équipes techniques.
  • Faciliter l’organisation de séjours d’évaluation dans des structures spécialisées.
  • Former, en amont de cette orientation, les personnels des services de diagnostic et de soin à accompagner la formulation des besoins.

Au niveau collectif :

  • Réaliser une étude quantitative et qualitative de l’offre et des besoins
    • Les études CG69 et neuro-Bretagne de 2007 donnent déjà une bonne vision
    • Coordonner l’intervention des acteurs, mailler le territoire régional pour une offre adaptée :
      • Identifier les lieux et équipes ressources
      • Identifier les attentes des ESMS non spécialisés.
      • Mettre en place des protocoles et conventions avec ces équipes ressources.
      • Renforcer le cas échéant les structures accueillant des personnes épileptiques à fort besoin d’accompagnement spécifique.