Favoriser l’autonomie dans la prise de médicaments

Voici une information transmise par France Assoc Santé, la fédération des associations représentatives des usagers du système de santé. Ce pilulier automatisé est particulièrement pertinent pour l’épilepsie, l’oubli d’une dose de traitement pouvant provoquer des crises graves, …. et l’épilepsie étant souvent associée à des troubles cognitifs.

Les Echos annonce la naissance d’un distributeur de médicaments connecté et sécurisé, destiné à améliorer « l’observance des traitements à domicile par les personnes âgées et les patients atteints de maladies chroniques ».
Créée par la Sté I-MEDS Healthcare, la solution, nommée « i-Donea », « comprend un appareil qui remplit le pilulier chez le pharmacien, un distributeur de doses chez le patient et un logiciel », explique le quotidien qui précise que « le pharmacien remplit la cassette de 21 doses, enregistre les horaires des prises avec le logiciel et imprime une étiquette codée, collée sur le pilulier ».
C’est ensuite au tour de l’aide à domicile, d’introduire « la cassette dans le distributeur, qui lit l’étiquette et avertit de l’heure des prises avec un signal sonore, une led et un message téléphonique ». C’est enfin le patient qui en appuyant sur un bouton qui déclenche la distribution du traitement qui « tombe dans un gobelet ». « L’appareil prend une photo témoin qui peut être envoyée aux soignants », souligne Les Echos.
Mais la technologie ne s’arrête pas là puisque « le distributeur peut aussi transmettre des messages aux patients sur son écran, comme leur recommander de boire ». Enfin, « protégée par trois brevets », « cette solution a aussi une application numérique qui permet aux aidants de surveiller la prise des doses », précise les Echos.
De quoi améliorer le quotidien des patients et garantir une meilleure observance dans la prise du traitement comme l’explique au quotidien, Gerard Woodhouse, président de la société : « Le distributeur évite de se tromper dans la prise de médicaments, car la moitié des personnes atteintes d’une maladie chronique oublient leur traitement une fois par semaine et cela coûte une fortune en frais de santé supplémentaires ». Un équipement « vendu 1.200 euros aux pharmaciens et loué aux patients à 1,50 euro par jour ».
Après avoir obtenu « une première commande de 200 appareils en Allemagne » et « la signature prochaine d’un contrat en Asie du Sud-Est », la solution i-Donea « n’a pas encore de clients en France, mais a été sélectionnée par l’accélérateur French Assurtech pour étudier une prise en charge par les mutuelles », conclut le quotidien.

Nous attendons avec impatience la disponibilité de ce pilulier connecté en France et souhaitons sa prise en charge dans le cadre de l’ALD. Les comptes de la sécu économiseraient rapidement son coût (moins d’hospitalisations d’urgence, moins de “pharmacorésistance” par oubli, moins de surcharge mentale pour personnes ou les aidants qui gèrent la prise de traitement, moins de prescription d’infirmière à domicile pour prise de traitement) et surtout, les personnes épileptiques concernées se porteraient mieux (plus d’autonomie, moins de risque d’oubli). L’inclusion c’est aussi dans ce genre de détails. Si vous avez l’expérience d’un pilulier connecté, ça peut intéresser les autres personnes épileptiques. Faites-nous un mail pour partager votre expérience.

Les commentaires sont fermés.